Face au COVID, le salon se transforme en dégustations privées

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog, Evénement

Ne pouvant vous accueillir dans les mêmes conditions que l’année passée, nous mettons en place une nouvelle formule : les dégustations privées !

Pendant une demi-heure, par petit groupe, vous pourrez découvrir les productions d’une brasserie en présence du brasseur. Il vous présentera ses produits, leur processus de fabrication et pourra répondre à toutes vos questions.

Quatre brasseries seront présentes :
Brasserie Opé
Brasserie du Marsouin
Brasserie des Chats Noirs
Brasserie Smeele

Pour s’inscrire, choisissez une brasserie, un nombre de place puis un créneau horaire. Vous pouvez choisir autant de brasseries que vous le souhaitez et organiser ainsi votre journée à la découverte des brasseries locales.

Vous pouvez également vous inscrire à l’atelier “Accords Bières et Fromages” qui aura lieu le même jour : https://lanebuleuse.fr/inscription-a-latelier-accords-bieres-et-fromage/

Ateliers et dégustation

Inscription à l’atelier “Accords bières et fromages” à Saint-Gilles-Croix-de-Vie

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog

Cette année, pas de salon, mais hors de question pour l’équipe de La Nébuleuse et celle de Coté Bières Coté Vins de ne pas soutenir le milieu brassicole et de continuer à faire découvrir les nectars des brasseurs.

Il y aura donc une journée autour de la bière à Saint-Gilles-Croix-de-Vie en 2021. On vous donne rendez-vous le samedi 26 septembre au 3 boulevard Georges Pompidou, dans les locaux de Coté Bières Coté Vin.

Un premier atelier est fixé à 11h et durera 2 heures. Ben de La Bière Autrement vous fera découvrir les accords possibles entre la bière et le fromage.

Inscription obligatoire. Attention, le nombre de place est limité !

Petit Costaud

[Interview] Petit Costaud

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog

En juin 2020, à la sortie du confinement, je reçois un message sur Instagram de la part du compte @bieroscopie me disant qu’Adrien de @petit_costaud sera à La Roche-sur-Yon dans quelques jours et que ce serait l’occasion de gouter quelques breuvages. Résultat, une jolie dégustation et de chouettes rencontres. Derrière le compte de @bieroscopie se cache : Axel et Adrien. Partons à la rencontre de ce dernier et de son projet de “Tournée des brasseries”.

Mais qui est Petit Costaud ? Qui se cache derrière ?

Petit Costaud est né il y a 4 ans et on est deux : Adrien (moi) et Virginie Camus, ma chérie. Tout a commencé lorsque j’étais à la fac. Je me passionnais de plus en plus pour la bière artisanale. J’avais déjà en tête de travailler un jour dans ce secteur mais je ne savais pas trop où exactement : bar ? cave ? brasserie ? Finalement j’ai lu un livre sur la fabrication de bière dans l’optique de me lancer et mes parents m’ont offert un atelier de brassage à la brasserie Mascaret à côté de Bordeaux. Là c’était la révélation j’avais envie de brasser chez moi. Virginie m’a tout de suite soutenu. J’ai lancé une campagne de financement participatif à toute petite échelle auprès de mon cercle d’ami et de ma famille. J’ai obtenu 500 euros. A l’issu j’ai brassé ma première bière : une ale au miel d’Auvergne “Honey Moon”. Chaque participant a récupéré une partie de la fournée.

Suite à ça j’ai eu envie de continuer et je voulais avoir une image, un nom, quelque chose à poser sur mes étiquettes. Après un travail de recherche avec mon frère qui est graphiste/webdesigner, assez court finalement car plutôt évident pour moi, “Petit Costaud, bière maison tendre et robuste” est né, puis le logo a suivi dans la foulée. Après avoir brassé quelques bières, j’ai commencé à aller à la rencontre, de manière tout à fait naturelle, de brasseurs, cavistes, patrons de bar spécialisés à Bordeaux, où je faisais mes études avec Virginie. De fil en aiguilles j’ai commencé à faire des petites vidéos avec des brasseurs dans le but de les faire découvrir au maximum de monde et de faire découvrir la bière artisanale. Si Virginie m’a toujours soutenu et aidé, c’est véritablement à ce moment précis qu’elle a pris part à Petit Costaud de façon sérieuse. Ensuite on a enchaîné les brassages avec à chaque fois des styles différents pour les faire découvrir à nos proches. Puis de nouvelles vidéos, et nous voici à l’aube de notre voyage !

En mars 2020, vous débutez votre tour de France des brasseries artisanales, stoppé dès la première étape, à la sortie de la Brasserie Effet Papillon, par la COVID-19. Vous reprenez la route en septembre 2020. Pouvez-vous nous présenter ce tour de France ? et comment est né ce projet ?

La Tournée de Petit Costaud c’est un véritable beer-trip qui s’étale sur trois mois (de mi-septembre à début décembre) au cours duquel on va à la rencontre de 20 brasseries artisanales dispersées sur toute la France. Chacune possède une particularité ou une histoire qui nous a touché. A chaque étape on réalisera une vidéo reportage en mode interview qui aura pour sujet principal : la particularité de la brasserie (ex : ferme-brasserie, distillerie-brasserie, brasserie associative, femme brasseuse…). Nous rédigerons aussi un  article complémentaire à chaque fois, le tout disponible sur notre blog → latourneedepetitcostaud.fr ← On réalisera le voyage en une seule fois, c’est-à-dire qu’on passe d’une étape à l’autre sans revenir chez nous. On tournera les vidéos, on fera le montage et on les publiera sur place dans la foulée. Les gens pourront donc suivre en temps réel le voyage pendant les trois mois.

L’idée de ce voyage est née lors de ma première année de Master en marketing, communication et développement commercial à Bordeaux, à l’occasion d’un concours organisé par mon école. Il s’agissait de présenter un projet personnel, de monter un dossier béton avec toute la stratégie de communication, un rétro-planning, un budget etc. Le dossier partait ensuite à Paris pour être examiné par un jury. Tous les campus de France de mon école (L’ISEG) participaient. A la clef, 5 prix récompensent les meilleurs dossiers avec différentes sommes d’argent à gagner pour réaliser le projet, avec 10 000 € pour le meilleur dossier. Je n’ai malheureusement pas été retenu. Avec un brin de déception, cette échec nous a donné encore plus envie de réaliser le projet et c’est donc à ce moment que le voyage est devenu concret pour nous. Il était désormais sûr et certains que nous réaliserons le voyage.


L’idée de la Tournée est né de notre passion pour la France et de notre amour pour la bière. On se disait que partout en France il y a à la fois des brasseries originales avec un vrai quelque chose et aussi des paysages et des cultures qui nous attiraient. Le Tour de France était alors un bon moyen d’allier les deux. On l’a réfléchi comme un passage de césure après nos études. Si certains partent faire le tour du monde ou voyager et travailler à l’étranger, notre ambition était de mieux découvrir notre pays et de faire un voyage autour de la bière, tout en mettant en applications ce que l’on a appris tout au long de nos études en communication, marketing et audio-visuel. Ainsi ce voyage est à la fois personnel et professionnel.

L’objectif principal du voyage est de montrer les différentes facettes du monde de la bière en France à un instant T, comme une photographie du paysage brassicole français. On a la vraie volonté de démocratiser la bière et de mettre en valeur les personnes qui y sont liées (brasseurs, brasseuses, cavistes, bars etc). Ensuite l’objectif est aussi de voyager et de découvrir la France. Ce sera pour nous l’occasion de se questionner sur les régions qui nous plaisent pour s’installer plus tard. Ce sera aussi l’occasion de parfaire notre culture brassicole et brassage en découvrant des matériels et des façons de faire différentes dans chaque brasserie visitée.

Effectivement, le voyage a été stoppé à son tout début et ça a vraiment été difficile pour nous de mettre le projet en parenthèse. Premièrement parce que ce projet on le préparait depuis deux ans et que mentalement tout nous échappait sans qu’on ne puisse rien y faire. Ensuite parce que l’organisation du voyage a été rude et longue à mettre en place, notamment contacter chaque brasserie et caler les dates de tournage. Enfin, parce qu’à la fin de nos études on a travaillé chacun 6 mois dans des jobs d’appoint pas forcément sympas avec des conditions de travail assez rudes dans le but de financer notre projet.

Finalement on a vu les choses du bon côté assez rapidement et on s’est tout de suite retroussé les manches. Virginie a commencé par trouver un travail en Auvergne, chez mes parents, où nous avons atterris pour le confinement. Elle a travaillé plus de 3 mois au rayon fromagerie d’un magasin de producteurs locaux. De mon côté j’ai souhaité me consacrer uniquement à la réorganisation du voyage, aidé par Virginie. Ensemble on a recalé chaque date de tournage et on a re-contacté chaque brasserie.

On a profité de ce moment pour se former, de mon côté en brassant et en faisant une formation professionnelle à Chaumont-en-Vexin (création d’une micro-brasserie) et Virginie en acquérant de nouvelles méthodes de montage vidéo. On a amélioré certains points majeurs dans l’organisation du voyage. On a par exemple réservé tous nos hébergements, ce qui nous déleste d’un fardeau pour mieux se consacrer à la création des reportages une fois sur le terrain. On part plus serein que la première fois, bien que le contexte soit différent avec l’épidémie.

Où peut-on suivre votre Beer-Trip ?

Tout le monde peut suivre le voyage en premier lieu sur notre blog : latourneedepetitcostaud.fr. Dessus seront publié un post par brasserie comprenant la vidéo et l’article. On réalisera aussi surement d’autres articles sur nos coups de cœur brassicoles par régions visitées etc.
On publiera nos articles et nos actualités sur Facebook et sur Instagram également. Sur les réseaux sociaux, les internautes pourront suivre davantage notre quotidien et nos aventures/visites.
Enfin nos vidéos sont hébergées sur YouTube, s’abonner et activer la cloche est une bonne idée pour ne pas louper une vidéo !

Pour participer au voyage il y a plusieurs moyens :

  • Le plus important pour nous est le plus simple : nous suivre et nous soutenir à travers les réseaux sociaux ! Commentez, dites nous ce que vous pensez des vidéos, posez des questions, partagez les vidéos et parlez de nous ! C’est la meilleure façon de nous aider et c’est celle qui nous fait le plus plaisir.
  • Vous pouvez aussi nous soutenir financièrement en faisant un don sur notre cagnotte en ligne : https://www.leetchi.com/c/la-tournee-de-petit-costaud . L’argent collecté servira à nous aider financièrement dans la réservation des logements, pour payer les trajets (essence), pour manger et pour participer à l’achat du matériel audiovisuel (caméra, micros, lumières etc…). Il ne s’agit pas d’un financement participatif car nous n’avons rien à offrir en échange, si ce n’est notre gratitude. En effet, nous voulions que l’intégralité des contenus que nous allons réaliser soient disponibles pour TOUS.
Coté brassage, ça dit quoi ?

Petit Costaud ce n’est pas une brasserie. On est seulement des brasseurs amateurs. On réalise environ une vingtaine de litres par brassin pour régaler la famille et les amis. En revanche il y a bien une volonté de s’installer plus tard mais pas en tant que brasserie à proprement parler. Il s’agira d’un lieu dédié à la bière, au brassage et aux bons produits, où on brassera notre propre bière. Pour l’instant, le projet après le tour de France est d’abord de travailler dans une brasserie artisanale déjà installée pour se faire la main et mettre de l’argent de côté pour créer le projet final.

Quels sont les autres projets de petit costaud ?

Après la Tournée, trouver du travail dans une brasserie pour commencer. En parallèle on aimerait continuer la Tournée mais différemment, ponctuellement. Continuer les visites à travers la France pour étoffer la carte (voir le site internet) les week-end et pendant les vacances. A terme, monter notre projet commun de brasserie, mais pas que ! Enfin, continuer à brasser en amateur et peut être plus commencer à se concentrer sur quelques recettes à améliorer et à brasser régulièrement.


Merci Adrien, courage pour votre beer-trip, c’est un joli projet. Vous serez de passage à la Roche-sur-Yon fin novembre, on essaie d’organiser une rencontre ? Vous en pensez quoi ?

Petit Costaud sur le web :
→ Le site web : http://latourneedepetitcostaud.fr/
→ La cagnotte : https://www.leetchi.com/c/la-tournee-de-petit-costaud
→ Facebook : https://www.facebook.com/PetitCostaudBiere
→ Instagram : https://www.instagram.com/petit_costaud/

Histoire brassicole de La Roche-sur-Yon

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog
Si vous avez des informations, des documents ou des photos sur le passé brassicole de La Roche-sur-Yon, n’hésitez pas à nous les transmettre par mail à contact@lanebuleuse.fr
Si une erreur s’est glissée dans l’article, vous pouvez nous le signaler en commentaire.


Il y a, à La Roche-sur-Yon, une impasse de la brasserie. Cette ville a donc un passé brassicole ? Quelles sont les brasseries et les familles qui ont participé à l’histoire brassicole de La Roche-sur-Yon ?

Introduction

La période contemporaine, en particulier le XIXe siècle, a marqué un tournant décisif dans l’histoire de la bière. La révolution industrielle apporta de nombreuses évolutions à la production de la bière.

En 1870, l’Alsace envoyait ainsi chaque jour un train entier de bière vers Paris. Les brasseurs durent s’industrialiser. Des milliers de brasseries fermèrent dans toute l’Europe, remplacées par des établissements de plus en plus gigantesques.

En 1910, on comptait 1 929 brasseries dans le nord de la France pour un total de 2 827 sur l’ensemble du territoire.

Pendant la guerre 1914-1918, de nombreuses brasseries ont été détruites réduisant leur nombre à 919.

La seconde guerre mondiale accélère plus encore le mouvement. Près de 900 établissements disparaissent pendant cette période. Certains se reconvertissent en dépositaires.

1840

Une publication du Centre de Documentation du Mouvement Ouvrier et du Travail en Vendée “La Ville et l’Industrie, La Roche-sur-Yon, 1804 – 1964” mentionne différentes brasseries répertoriées dans le cadastre de 1842 :

Carte des industries de la Roche-sur-Yon @Archives de La Roche-sur-Yon
  • Brasserie Musseau (Pont-Rouge)
  • Brasserie Ehrhard (Place du Minage puis Boulevard du Nord)
  • Brasserie Moreau (Aux Oudairies, puis rue d’Ecquebouille)
  • Brasserie Chassant

1860

Vers 1860, Napoléon-Vendée (ancien nom de La Roche-sur-Yon) compte trois petites brasseries :

  • La brasserie Ritoy, située à l’angle gauche de la rue du Maréchal Pétain (actuelle rue De Gaulle) et du Boulevard d’Italie.
  • La brasserie Erhrard, à l’angle de la rue du palais (actuelle rue Anatole France) et du boulevard d’Angleterre.
  • Et la plus ancienne, la brasserie Moreau à Ecquebouille.

Sébastien Gerber, garçon-brasseur d’origine alsacienne, arrive sur Napoléon Vendée. Il travaille dans les brasseries Ehrhard puis Ritoy (Pitoye). Il fait la connaissance d’Alexina Loriau, fille de Pierre Loriau, et l’épouse.

Le beau-père de Sébastien Gerber achète la brasserie Moreau pour y installer son gendre. La brasserie est complétement détruite par un incendie le jour de Pâques 1863. Pierre Loriau décide d’en construire une nouvelle sur un de ses terrains situé Boulevard du Nord (actuel Boulevard d’Angleterre). Sébastien s’y installe et dirige l’établissement “Brasserie Alsacienne”.

1870

Après 14 ans de service dans la brasserie, Sébastien Gerber décide de quitter l’établissement de son beau-père en 1878.

Deux brasseurs reprennent la gestion de la brasserie à la Toussaint de l’année 1879 en concluant avec Pierre Loriau un bail de 9 ans. Les deux associés se nomment Lemoult et Merlin et donnent le nom de Grande Brasserie du Nord à leur établissement.

1880

Pierre Lorieau décède le 28 juillet 1882. Louis Taveneau, son second gendre, rachète en 1883 la brasserie ainsi que le jardin attenant.

Grande Brasserie du Nord à La Roche-sur-Yon. Lemoult & Merlin. La Maison, bien connue sous ce titre, est depuis 1888 transférée au Boulevard du Nord, où elle existait depuis une dizaine d'années, dans un vaste immeuble entièrement construit à neuf, route des Sables, près de la Gare du Chemin de fer et à proximité des lignes de la Rochelle et des Sables-d'Olonne. 
Fabrique d'Eau de Seltz & de Limonade Gazeuse

En 1887, voyant le bail arriver à son terme, Lemoult et Merlin proposent de racheter la brasserie mais Louis Taveneau refuse. Ils décident d’en construire une nouvelle au 63 rue des Sables et de conserver le nom de Grande Brasserie du Nord.



Brasserie Taveneau Fres
Boulevard du Nord La Roche-sur-Yon (Vendée)
Bières en bouteilles & en fûts
Fabrique d'eaux gazeuses 
Limonade & Eau de Seltz

En 1888, deux des fils de Louis Taveneau (Armand et Louis Taveneau) s’associent et reprennent la brasserie toujours située Boulevard du Nord à La Roche-sur-Yon et renomment l’établissement Brasserie Taveneau. L’association entre Armand et Louis (fils) s’arrête en 1900 et Louis (fils) décède en 1902.


1890

A partir de 1890, seule la famille Lemoult exploite la brasserie-malterie de la rue des Sables et conserve le nom de Grande Brasserie du Nord.

Toutes ces brasseries locales fournissent des bières peu alcoolisées pour une consommation saisonnière à partir d’orge et de houblons importés.

1910

A partir de 1911, une nouvelle maison voit le jour à la Roche-sur-Yon : La Maison Chaillou. Elle deviendra ensuite la société Chaillou et Fils puis SO.FA.BO (SOciété de FAbrication de BOissons)

1920

Le premier janvier 1920, Armand Taveneau cède complètement la direction de la brasserie à son fils (Henri) et à son gendre (Léon Tapon), et laisse l’entreprise en l’état. La brasserie devient alors Brasserie Taveneau et Tapon. La production de bière s’arrête en 1939. Elle se transforme en un entrepôt des bières Nantaises (Maxeville et La Meuse).

La meuse biere

1940

Un hangar de la Brasserie Taveneau-Tapon est détruit par un incendie en 1942. L’événement est relayé dans Ouest-France

Après l'incendie de la brasserie Taveneau Tapon. Une vue de l'emplacement du hangar détruit. Des ouvriers déblaient les décombres. Ouest-France 1942

En août 1944, Henri Taveneau se blesse gravement à la colonne vertébrale lors du démoulage de glace (activité également de la brasserie). Il restera au lit avec un corset de plâtre.

En avril 1946, l’association entre Léon Tapon et Henri Taveneau prend fin. Parallèlement à son activité de brasseur, Léon Tapon occupa le rôle de Maire de La Roche-sur-Yon de 1931 à 1939, puis de 1940 à 1944 et de 1953 à 1955.

La Grand Brasserie du Nord, toujours située au 63 rue des Sables, est dirigée par Léopold Lemoult, fils d’Oscar

Grande Brasserie du Nord
Léopold Lemoult
63 rue des Sables
La Roche-sur-Yon (Vendée)

1950

En 1953, Jean Tapon s’associe avec son père et l’établissement prend le nom de “Société L.Tapon et Fils”.

1960

La brasserie Lemoult cesse en 1963, la société L.Tapon et fils en 1966. Le terrain de cette dernière est vendu et l’immeuble “Victoria” y est construit. Seule subsiste la fabrique d’eaux gazeuses, créée par Maurice Chaillou.

La SO.FA.BO s’installe boulevard de l’industrie à La Roche-sur-Yon. Elle importe et met en bouteille différentes boissons dont la Maltor Pils et la Maltein Bock

Et pour l’impasse de la brasserie ?

Si l’on croise le cadastre rénové de La Roche-sur-Yon (1967 – 1979) section AY parcelle 1-240, la dernière adresse connue de la Brasserie du Nord (63, rue des Sables) et le plan actuel de la Ville : notre hypothèse serait que le 49 de la rue Roger Salengro, situé en face de l’impasse, soit une partie de l’ancien bâtiment de la brasserie tenue par la famille Lemoult. Une interview de Jean Tapon (Fils de Léon Tapon), stockée aux Archives Municipales de La Roche-sur-Yon évoque que la brasserie se situait à l’emplacement du clos des charmes. Quoiqu’il en soit, le nom d’Impasse de la Brasserie serait donc lié à la Grande Brasserie du Nord crée par Lemoult & Merlin et tenue ensuite par la famille Lemoult.

Dans la publication du Centre de Documentation du Mouvement Ouvrier et du Travail en Vendée “La Ville et l’Industrie, La Roche-sur-Yon, 1804 – 1964”, on peut voir une photo de la brasserie Lemoult (photo issue d’une collection privée)

Photo, collection privée, brasserie Lemoult La Roche-sur-Yon

Aujourd’hui

Il n’y a actuellement, en 2020, aucune bière de brassée sur la commune de la Roche-sur-Yon. La dernière tentative a eu lieu au Beer Workshop (Zone sud, 36 Rue de Montréal) mais depuis, la société a racheté la brasserie de Bellefois à Poitiers et brasse ses bières là-bas.

Remerciements

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont aidé pour l’écriture de cet article. Remerciement tout particulier à Philippe Bonnet, auteur du livre “Histoire de la bière en Bretagne” pour le partage de ses recherches sur le sujet.

Les Coureurs de Lune

Publié Laisser un commentairePublié dans Brasserie

Quelques mots sur la Brasserie

François-Xavier Doll a démarré l’activité de Les Coureurs de Lune en 2015. Son exploitation est située à Le Poiré-sur-Vie, en Pays de la Loire.
Les coureurs de lune ? C’est un clin d’œil à nos aïeux. Sous l’Ancien Régime, ils profitaient des franchises insulaires en achetant à bon prix alcools et marchandises, pour les passer lors de nuits claires, dans nos campagnes.

La gamme

  • Blonde
  • Blanche
  • Tourbée
  • Porter
  • Rye Pale Ale
  • Ginger Beer

Contact

Brasserie des Coureurs de Lune
Rue des hirondelles
85170 La Poiré-sur-vie
Tel : 06 27 25 38 45 (François-Xavier)
Email : accueil@lescoureursdelune.fr
Site web : http://www.lescoureursdelune.fr
Site marchand : https://restez-chez-vous-avec-une-biere.myshopify.com
Facebook : https://www.facebook.com/lescoureursdelune/

La Petite Ramonière

Publié Laisser un commentairePublié dans Brasserie

Quelques mots sur la Brasserie

C’est au cœur du Marais breton, à Notre-Dame-de-Monts, que François Gorvan-Cosson s’est installé en 2014 en vue de confectionner des bières artisanales. Très tôt, il souhaite devenir autonome et produire ses propres céréales pour une production de bière de qualité.

Soucieux de l’environnement, François prend en compte la biodiversité de son territoire et porte une attention particulière à l’énergie qu’il consomme pour ses méthodes de production.

Ses bières portent des noms d’oiseaux, en référence aux nombreuses espèces avec lesquelles il cohabite dans le marais.

Source : http://www.boutabout.org/producteur/la-petite-ramoniere/

La gamme

  • l’avocette, bière blanche
  • l’échasse, bière blonde
  • la barge, bière ambrée
  • La macreuse, bière de Noël

Contact

La Petite Ramonière
85690 Notre-Dame-de-Monts
Tel : 06 51 05 21 61
Email : ferme-brasserie@lapetiteramoniere.fr

Brasserie des Chats Noirs

Publié Laisser un commentairePublié dans Brasserie

Quelques mots sur la Brasserie

Brasserie artisanale crée en 2018 à Landeronde en Vendée par Simon Lory.​
La Brasserie des Chats Noirs défend des valeurs écologiques fortes.
La consigne des bouteilles ainsi que la création de sa propre houblonnière BIO en sont les premières avancées.

La gamme

  • La NEIPA, une bière aux accents de fruits exotiques (Mange et Passion).
  • Une IPA typée “wild amercain”
  • La FRENCH, LA blonde de la brasserie, une pale ale parfaitement équilibrée entre la travail du houblon et du malt.
  • L’Ambrée, une bière foncée, ronde et très peu amère, aux arômes de malts caramels avec des accents de fruits à coques comme la noix ou la noisette.
  • La Blanche, une witbier 2.0 booster au gingembre, épices, et à la purée d’abricot
  • Poivrons Courgettes, comme son nom l’indique, une bière blonde aux poivrons et courgettes confits dans le sucre et le jus de citron.
  • Vintage, édition limitée 246 bouteilles

Contact

Brasserie des Chats Noirs
ZA La Grolle
85150 Landeronde
Tel : 06 47 67 65 11
Email : brasseriedeschatsnoirs@outlook.fr
Site web : https://shop.easybeer.fr/brasserie-des-chats-noirs
Facebook : https://www.facebook.com/Brasserie-des-chats-noirs
Instagram : https://www.instagram.com/brasseriedeschats/

points de vente de bière

Les points de vente de bière en Vendée

Publié Laisser un commentairePublié dans Blog

De passage en Vendée ou résidant à l’année ? Vous cherchez où trouver des bières près de chez vous ? Voici la carte qui vous indique où aller.

Un oubli ? Indiquez le nous en commentaire ou envoyez-nous un message : https://lanebuleuse.fr/contact/

Les brasseries artisanales ne figurent pas sur cette carte. Si vous souhaitez vous rendre directement chez les brasseurs, vous pouvez consulter cette carte : https://lanebuleuse.fr/carte-des-brasseries-artisanales-de-vendee/

Houblonnière Poppin’s Hops

Publié Laisser un commentairePublié dans Interview

Pour faire de la bière, il faut du malt, de l’eau, de la levure et du houblon ! Ces dernières années, le nombre de brasseries artisanales a explosé y compris en Vendée. La filière évolue. Les brasseurs·sses sont nombreux·ses à vouloir privilégier des matières premières biologiques et locales comme l’orge utilisé pour la confection du malt. Qu’en est-il du houblon ? Des projets de houblonnière, tels que celui de Marie près de Montaigu, voient le jour pour pallier au manque de houblon local. Elle vient de se lancer dans l’aventure en créant “Poppin’s Hops”.

Bonjour Marie, comment en es-tu venue à créer une houblonnière ?

Après différentes expériences professionnelles, j’ai commencé à penser à faire autre chose, j’aimais ce que je faisais mais j’avais envie de voler de mes propres ailes. Je repensais à l’agriculture,  c’est un milieu qui m’a toujours attirée. Il y a quelques années, pendant mes recherches sur internet, je suis tombée sur la culture du houblon. J’ai trouvé cette plante superbe et surprenante, je m’y suis intéressée mais à ce moment là il y avait peu d’informations disponibles.

Fin 2018 j’ai quitté mon poste, j’ai eu plusieurs projets en tête mais c’est toujours l’agriculture qui revenait. Je n’avais pas envie d’un projet classique, et petit à petit la culture du houblon m’est revenue et cela m’a semblé évident, c’était la culture atypique que je cherchais. Je suis amatrice de bières artisanales et de la convivialité que cela apporte.

Donc j’ai relancé mes recherches, j’ai découvert l’association des Houblons de France qui participe à la promotion et à la relocalisation du houblon français. J’ai également rencontré des houblonniers qui se sont installés en Loire-Atlantique et en Bretagne. Cela a été des partages d’expériences passionnants et j’ai pu bénéficier d’un soutien de leur part.

J’ai également contacté les brasseurs vendéens pour leur parler de mon projet et savoir si du houblon bio vendéen les intéresserait. J’ai eu de très bons retours et beaucoup d’encouragements. Beaucoup m’ont dit qu’ils aimeraient brasser avec du houblon bio mais qu’ils avaient du mal à s’approvisionner. La plupart du houblon est importé de l’étranger. Je me suis dit qu’il était temps que je passe le cap.

Je me suis inscrite à la formation “produire du houblon bio” proposée par le CFPPA d’Obernai en Alsace. J’ai également participé à la récolte chez un houblonnier dans le Nord pour apprendre et vivre ce qui m’attendait par la suite. J’ai bien compris que c’était une culture compliquée et très technique, qui demande beaucoup d’investissement, mais la passion ma pousser à me lancer dans cette aventure

Photo de la houblonnière Poppin's Hops de Marie Migné en Vendée près de Montaigu en avril 2020
Houblonnière Poppin’s Hops – Avril 2020
Où en est le projet actuellement ? 

Aujourd’hui la houblonnière est terminée. Après avoir installé une centaine de piquets qui font entre 7 et 8 mètres de haut et plusieurs kilomètres de câbles qui font la structure, je suis en pleine plantation. J’ai choisi de cultiver 6 variétés différentes sur un hectare, ça représente environ 2300 plants. J’ai des contacts avec des brasseurs locaux et régionaux pour la suite.

Comment vois-tu évoluer le projet ? 

Pour le moment, je me consacre à la culture du houblon et à l’apprentissage de cette plante si particulière. Si tout va bien, j’aimerais agrandir rapidement la surface de culture car pour en vivre, un hectare n’est pas suffisant au vu des investissements nécessaires. Chaque chose en son temps. Mon objectif premier est de réussir à produire un houblon bio de qualité et de contribuer au marché bio local. 

Dernière question, comment peut-on te joindre pour réserver et acheter du houblon ? 

Vous pouvez me joindre par téléphone au 0684432977 ou par mail marie.migne@gmail.com .

Instagram : https://www.instagram.com/poppins_hops/

Une page Facebook devrait voir le jour prochainement.